La Roize prend sa source dans les montagnes des Bannettes.

Le torrent est enrichi au niveau du Fond de Roize ou Cirque de Roize qui forme un vaste bassin d'alimentation.

Après un dénivelé de 1250m, il traverse le vieux bourg de Voreppe pour se jeter dans l'Isère.

Ce torrent est un des plus puissants de Chartreuse.

Plusieurs fois, la Roize a montré la violence de son tempérament en occasionnant d'importants dégats au village et dans la plaine, lors des irruptions provoquées par les pluies diluviennes, souvent dues à des orages d'été.

La dernière date du 5 juillet 1971.

Au milieu du 18ème siècle, les premiers travaux d'un système de digues protectrices ont été réalisés.

Afin  d'atténuer l'érosion, des petits barrages en pierre ont été construits dans le cirque de la Roize.

Le dernier ouvrage réalisé par le service de Restauration des Terrains en Montagne (RTM), juste en amont de Voreppe, a pour but de protéger le village des gros rochers ou troncs d'arbres dévalant le torrent.

La Roize a aussi été d'une grande utilité économique pour Voreppe pendant des siècles.

Son eau, souvent via des canaux de dérivation, a permis de faire fonctionner des moulins (à blé, à huile, à foulons pour battre les étoffes, à battoirs pour battre le chanvre), des martinets, des scieries à bois et à marbre, des taillanderies, des tanneries.

La Roize termine sa course dans un bassin d'orage, dit de déjection.

Cette zone tampon évite son déversement direct et perpendiculaire dans l'Isère, comme c'était le cas jusqu'en 1833, au risque, en cas d'irruption, d'endommager la digue de l'Isère.

C'est aussi un bassin tampon en cas de crue de l'Isère.